jueves, 27 de septiembre de 2012

Ayudale a brillar con el unschooling.

Aquí os pongo esto de una mamá con hijos ya adolescentes. Es interesantísimo. Está en inglés y frances. Arenita lo puso en el foro de Crecer en libertad.





http://www.crecerenlibertad.org/foro/index.php?p=/discussion/download/246/ayudale a brillar con el unschooling.doc

Lo copio entero ya que no encuentro el enlace:


Allowing Your Highly Sensitive Child to
SHINE With Unschooling



by Anne Ohman

 

MY JOURNEY:

My name is Anne, and I am a Highly Sensitive / Out of Sync Person!

I first want to talk about the descriptions I’m using – Highly Sensitive and Out of Sync. We don’t use these labels in our home, in our lives…we are just Who We Are. But I, personally, have found it incredibly validating understanding why I am the way I am…and also validating to know that there are other people like me.

When I first needed an understanding of my child and myself, I felt a connection with The Out of Sync Child by Carol Stock Kranowitz because it was the first book I came across that asked society for a better understanding of people with Sensory Defensiveness, or Sensory Integration Dysfunction without focusing on trying to change the child. And I found the practical advice helpful, also.

But recently, this book has come into my life: The Highly Sensitive Child by Elaine Aron, and I have been blown away by it. Where The Out of Sync Child focused on the dysfunction of Sensory Integration, The Highly Sensitive Child boldly insists that there is nothing wrong with possessing these traits, and, in fact, being that 20% of the population possess these traits, being highly sensitive is not dysfunctional or abnormal. It’s just the way some people are and for very good reasons.

So, basically, I’ve found both books to be helpful, but I highly recommend The Highly Sensitive Child because, like me, the author advocates not only an understanding for people with these traits, but honoring and celebrating these traits. It’s the first book I’ve ever found that has said what I’ve been doing and saying all along…

There are parts, however, that talk about how to get the child to succeed in school, and you can just ignore those parts, or do like I did and write "YUK!" in big letters across the page!

Anyway, I’ll be referring to both descriptive terms and I do recommend both books.

So, what I’m talking about when I say “Out of Sync” or “Highly Sensitive…some common traits:

·  Sensitive to a lot of things, if not almost everything: scratchy clothes, textures, noises, lights, changes in routines…

·  Feelings are easily hurt, extremely sensitive to criticism

·  Easily overwhelmed and confused

·  Intuitive

·  Activity level either unusually high or low

·  Challenges with motor coordination

·  Feels things deeply

·  Perhaps you think they are overly dramatic, or they over-react

·  They may just, in general, seem like difficult children

As I said, I am an out of sync and highly sensitive person. I don’t want to go into my own, sad, lengthy childhood story (!), because I’m here to talk about our children, but I do want you to know where I am coming from.

You may understand when I say that I discovered my own Truth from learning about my child, so I’ll just give you the Readers’ Digest condensed version.

To sum it up, my entire childhood was spent in a state of confusion because of being deeply misunderstood ~ at home and in school.

School was a nightmare for me ~ and not just for the obvious reasons ~ but I didn’t know why, like I do now. All of the sensory issues that are a part of school are debilitating for highly sensitive and out of sync children. The lights, the sounds, the touching, the soul-stifling structure, the polyester gym suits, not to mention the extreme sensitivity that I possessed to the energy from every single person around – the sad, the kind, the mean, the fearful — highly sensitive/out of sync children not only pick up on each one and feel it deeply, but they tend to OWN other people’s energy, too. And from all of this input, we are immobilized.

In essence, I was constantly receiving the message that there was something wrong with me. I was told that the way I felt was wrong and that I needed to change in order to live in the world with everyone else.

Eventually, other people’s efforts at making me become something other than Who I Was ended up being successful and I graduated from high school in 1980 with no sense of my True Self whatsoever. And it took a very long time and a lot of painful healing in order to truly find myself again.

So it is now my life’s quest to save all the hs/oos children in the world from that misunderstood, confusing existence.

I can’t stress enough how just understanding why your child is like he is can save his life. Giving your child the gift of understanding, sensitivity, and responsive parenting will save your child’s life.

MY JOURNEY WITH MY OWN CHILD:

When I became a mother, I hadn’t yet solved the riddle of my own misunderstood, confused life.

But I did know that I would do things differently for my own child. I would give my child the life that I never had. I would honor his voice, and I would reassure him that he was whole and perfect just the way he was.

Well, little did I know that this task would be more challenging than even I had imagined.

When my son was born, he cried a lot, breastfed a lot, hardly ever slept, and would not let us put him down at all.

But we saw beyond the challenges right from the start.

From the very first days of our child’s existence in this world, we could tell there was something about him that we had never seen before in other babies. He seemed to have an awareness about the world that exceeded our own. And along with that “knowing” that he possessed came an anxiety that was the price to be paid for his intense awareness.

We always said that he was born with the weight of the world on his shoulders. We recognized this and we did what we could to help him be content and at peace.

And as he grew, we continued to realize he was unlike any other child we had ever known.

·  He had an extremely low tolerance for any level of pain or discomfort.

·  He had a very high level of frustration for things he could not do perfectly the first time.

·  He didn’t enjoy the things that everyone always assumed children enjoyed, like birthday parties and playgrounds full of loud, active children.

·  He stood back and observed instead of playing with other children.

·  He was very literal. He didn’t like anyone joking around with him.

·  He was shockingly and truthfully blunt, with familiar people and with strangers.

·  He spoke complete perfect sentences before he was two years old, and had an amazing vocabulary.

·  He was incredibly generous. When other children came to play at our house, he would give away his most valued toys.

·  He had a huge capacity for remembering things. He would recall things that happened or places to which he had been as an infant.

·  He was very empathetic of the underdogs in life, and those who couldn’t speak for themselves, like animals and insects and all other living creatures. He would ache if we cut a branch off of a tree, because he felt the tree was suffering, and he always owned everyone else’s suffering.

·  At one point in his life, I think he was six or seven, he spent every day crying for homeless people, and other less fortunate people, and not only would he give all of his allowance to charity, but our family began delivering meals to homebound senior citizens because of his charitable heart.

·  He had an unending quest for Truth and Justice. Everything had to be fair, everything had to be according to the rules. He was the self-appointed fairness and rules police for every other person on the planet.

·  He was so very intense and emotional. Everything was so extreme, and he would react as if someone was being murdered at something as simple as mustard getting on his hand.

Yes, parenting this child was, at times, challenging, exhausting, and frustrating.

But the benefits were huge. The Light that shone from this child because he was free to express himself was so bright, you couldn’t help but be blessed by it. The gifts that he was already giving to the world at such a very young age were immeasurable.

By far, the greatest gift that he gave to us—his family, and those that knew him well—was his awareness and his enlightened observations about the world and its inhabitants. It was such a joy to learn to see the world from his eyes, because it was a view that my husband and I had not seen before, and it was glorious. We had an excitement about the world and each day that we didn’t have before, because we were learning from our son about how to really live.

And so, wherever our child led, we followed, because we were learning so much together. Because we weren’t focusing on the challenges, to us they were just a part of parenting this child. It was in our trusting our child and the exciting path that he was leading us on that allowed this child to Shine. And shine he does…

The more we followed the path that our child required in his life, the more at peace we ALL were in our own lives.

And it is from this point of reference where he became our greatest teacher in life.

We were learning from him to question and examine everything that we had thought you were “supposed” to do, think, feel and say. His refusal to change the essence of Who He Is in order to accommodate the rest of society gave us the courage to do so, too. From watching him live according to his own heart, and from honoring that, we learned to live from our own hearts, too.

There were many things that were standard in society that we were forced to question because of his needs and desires, but the biggest one we needed to examine was school.

My child simply was never interested in going to school. Because he demanded the Truth about everything, I would not lie to this child and tell him that school was a wonderful thing, and he’ll be so excited to ride the school bus, and to “learn”. I saw this child was learning more than anyone could possibly teach him every day already. He was already getting all he needed in life.

So we knew early on that we would just homeschool. But we had to examine even THAT because my child never ever wanted to be “taught” anything. He wanted his questions answered, and he had many, many questions, but don’t try to “teach” him anything beyond his current question.

So we answered his questions. We didn’t try to teach him. We continued to give him what he told us he needed and desired in life and he continued to grow and learn every day. We continued to give him as much of the world as we could, and allowed him to choose from it what he loved and what he wanted to explore further.

We didn’t realize at the time that he was introducing us to the glorious world of unschooling, telling us that was what he needed in life in order to Shine. But that’s what it was.

And so we were all blessed by this unschooling path because our whole family was learning about the world, each other and our selves.

THE CHALLENGES:

When my son was about 8 or 9, some challenges kept surfacing that we could not ignore. We understood that they were front and center because they warranted our attention. His anxiety that accompanied his depth of understanding things of the world increased. He was not able to easily choose to be happy and at peace much of the time. He was in pain and I knew that I needed more tools in order to help my child.

I remember going for a sort of meditative run one morning during this time and focusing all of my thoughts and energy on the universe providing me with some answers for my child. That very afternoon, an answer came in the form of a column in Home Education Magazine by Jeff Kelety. He wrote about his own son’s challenges, and one word jumped out and bit me: “Quirks.” It described one of my son’s traits that we had found endearing, but which grew in intensity with age instead of lessening, as we had thought would happen.

I devoured the article in that magazine and began scouring websites for more information. I researched all the labels I came across: Asperger’s, Sensory Integration Dysfunction, Non-verbal Learning Disabilities, dyslexia, profound giftedness … and I found a bit of my child in everything I researched, but never completely. I was first shocked, then relieved and then really confused and saddened…everything that used to be just a part of Who He Is now had a label and was a trait associated with some disorder.

But my child was not broken. He did not need to be changed or fixed. And yet I was forced to admit that I needed help. So I went to the books written by the “experts” because I felt they must know more than I did.

Well, they do. They know more about the medical aspect of these disorders.

But they did not know my son. They did not know my child’s free, unschooled life and the way he was Shining because we didn’t see him as a medical disorder that needed to be fixed and because we didn’t force him to change in order to be like everyone else. We celebrated our child’s uniqueness and honored him for NOT being “normal.”

The experts didn’t know about this. What I found in the books that they did know about was how to take these unique children, who have so much to offer the world when they’re free to find their True Selves and their innate gifts, and let them know that their light needs to be “fixed” because it flickers differently than the “typical” child’s. The books talked about how to bend and shape and change and mold and train and do whatever you can to get that unique child’s light to fit their world and their definitions and their society.

And what I know to be true from my own life is that you can’t do any of that without first putting the child’s light out entirely.

I did find the answers I was looking for. They weren’t in most of the expert’s books. Some answers did come from reading The Out of Sync Child (and I was outraged by the parts where it talked about how to get your child to “succeed” in school – the author even entitles a portion of the book “If Only School Were More Like Home”). Some answers came from discussing the issues and challenges with other unschooling parents, mostly at unschooling.com.

But, for the most part, the answers were right where they had been all along—in my heart and in my child’s heart.

I took the new understanding I possessed of why he had challenges and used it to help him find Peace—because it’s from that place of Peace where this child’s light shines the brightest.

He’ll be 13 years old in September. Always unschooled—except for a brief lapse in Mom’s school-trained brain, but he forgives me for that.

He longs for Peace, as we all do. Sometimes it’s more difficult to come by with him, when the violence and injustices and dis-ease of the outside world creeps into his heart. But because of living a free, uncluttered, unschooled life, we are all able to focus on his blessings and his ability to Shine, instead of the challenges.

I want to go over some important things that I need to remain mindful of when living with my child—because I want our life together to be joyful. If you can relate to these things w/your child, we can further discuss them later.

# 1:

The first thing I need to remember is the fact that my child has an excruciating sensitivity to me, the person he Trusts the most in the world.

And with this, I need to remember that it works both ways. If I am critical of him, he carries that agonizing, heavy burden with him for a long time. I don’t want to give my child any more burdens than he already owns. This is a challenge because, while I’m not a mother who shames or punishes or withdraws love, I have to be aware and mindful of the fact that even a mean glare or voice inflection is highly distressing to my child. He punishes himself enough.

The other side of him being excruciatingly sensitive to me is the Truth that when I am attentive, responsive, caring, approving and understanding, he takes this to the core of his heart, too…but in a positive way. It empowers him, validates his life, and helps him to feel secure with Who He Is.

This excruciating sensitivity to me is exactly how he lead us to unschooling—the one time I attempted to “Teach” him something resulted in my immobilizing his brain and his spirit. He could not handle the energy I was giving to him, that I had expectations of him, and that I would judge him.

Unschooling allows me to invest my life’s energy on focusing on attentive, responsive, caring, approving and understanding parenting.

# 2:

I need to remain mindful of allowing my child to Shine. What my child loves to do—he does. I find out what he loves. I go into his world and ask questions and learn from him so that this child can Shine in my eyes—especially important because of his excruciating sensitivity to me.

I honor and celebrate those things about him that make him unique. I encourage and nurture his passions. I talk about the traits that make him different in a positive light. I talk about how the world needs people like him, and I let him know that he blesses the world so much because of his existence.

When he Shines in my eyes, then he develops the Strength and Courage to take his gifts out into the World.

Let your child Shine.

# 3:

I need to respect and honor my child’s need for a sanctuary, a safe zone. He requires a haven where things in his world are predictable and safe. A place where he can quickly and effortlessly access Peace when the rest of the world overwhelms him.

This can mean several things and it can be different things, depending on where we are and what we have access to.

The most basic, yet essential sanctuary for him is connecting emotionally with me. So his sanctuary can be within my loving and understanding arms—a hug, a back rub, holding hands, a loving glance, and an understanding smile. This connection connects our hearts and that is where my son feels safe and at home.

Another safe zone can be in his mind, by my focusing on creating conversations about the things he loves. His mind is re-directed from that place of anxiety and stress to things of Joy, and that brings him back to a place of Peace.

I do all I can to focus on that place where he can find Peace.

A safe zone can also be a physical place—an actual, physical sanctuary. Jake has claimed a corner of our living room as his, and he surrounds himself with the things that he loves and requires in life ~ his literature, research and reference books about birds and animals and mythology, his Calvin and Hobbes and Garfield books, his sketch pad and colored pencils, his Gameboy and games, a favorite Beanie Baby, his calming stone that he rubs, and his magazines. This is truly his sanctuary—the place to which he can retreat and surround himself with things to which he has a deep connection, things the define the core of Who He Is and validates his worthy existence in the world.

He also always remembers to bring a long a piece of his sanctuary whenever we go somewhere to help his mind stay directed on things that he loves. His GameBoy and his books and magazines are all safe zones for unpredictable outings and events. These things are portable, and provide an enormous amount of Peace when things get disturbing for him—or, more important, they’re used BEFORE things get anxious for my child.

# 4:

I sometimes need to help my son feed his mind. Being a lifetime unschooler, Jake is really good at feeding his own mind. He always has things going on…at least two books being read at once, games, research, organizing something…but sometimes he lets something overwhelm his life. He then gets stuck and needs a boost because his mind can sometimes be his worst enemy. His mind can re-play mistakes he’s made, or embarrassing moments in his life, over and over…and they get worse and worse as they are magnified each time they are replayed. he’ll take something someone said to him four days ago and decide to be offended by it. He’ll feel guilt and regret all over again for a bad decision he made a year and a half ago. Or he’ll be paralyzed with fear about the future and my dying.

At these times, I help him by feeding his mind. This doesn’t mean I make him do certain things. It means I invest my life’s energy into strewing his life with things that he loves or things that I think he may love.

I expand his world. I fuel his fire for his passions. I don’t let his mind dwell on the negative. I bring it back into a place where he can once again Shine.

# 5:

I just want to touch briefly upon transitions because I know many people will be able to relate to it, and if we don’t understand it, it can be very harmful to our children.

I need to understand that my child has a difficult time with transitions. His difficulty with transitions is why it seems at times that he’s stuck doing one thing. The reason this is harmful if not seen for what it is and understood is because the “experts” believe that our children will do NOTHING unless told what to do all the time. They say our children require schedules and structure. I have an almost 13 year old who proves them wrong.

What my child is doing right now in this moment is safe and predictable. In his mind, it takes a lot of critical thinking and analyzing to get form one place to another, one stage in life to the next. And the fear of the unknown and what COULD happen sometimes paralyzes him.

I do what I can to make transitions easier for him. I try to remember to not give sudden orders so that I don’t get excuses and arguments. I remember that I am his safe zone, so I can go into his present safe zone—say, his reading his book, or watching TV, or playing a game, and I can talk about what he’s doing. I can connect with him physically, emotionally and mentally, and then keep those connections going while we move onto the next thing. I take those connections with us as we move from one thing to the other.

This also removes the weight of the responsibility of transitioning from my child and puts it onto me. That’s a huge weight lifted from him.

# 6:

There are times when the world is just too overwhelming, no matter how much effort I put into responsive, sensitive parenting. It’s those times when I just hug my son and I say, “I know…it’s a difficult job to be Jacob, isn’t it?” And he’ll just melt into my arms and cry. And I’ll add, “You’re doing a really good job of it, though, Jake. You’re doing well…”

I acknowledge his pain. I help him to release it, and then I help him to move forward.

CONCLUSION:

Look at all that I’m eliminating from my child’s life with unschooling. All of the painful, debilitating sensory issues that are a part of school. The immobilizing and aggravating emotional pain and disturbance that comes along with schooling at home.

My son can become anxious for the largest of reasons, when he thinks about war or hunger or violence, or for the smallest of reasons, like the Neopets website being unavailable when he wants to use it, or someone kicking his chair at the theater.

Why would I want to add more weight to what this child already owns?

Even when you eliminate the countless issues that would cause anxiety and confusion in these children’s lives…even when they are allowed to be free and to focus on what they love…you’re STILL going to be dealing with challenges.

But what you’re working with when you’re unschooling these children is the true challenge of the child. They are their real anxieties that exist in their hearts for a real reason. They’re not anxieties caused by someone else imposing limitations on their lives.

With unschooling, you’re not cleaning up the by-product of the stress and anxiety that are the results of these false limitations. You don’t have to peel back the layers of other damage done to his true Self and then also understand how to help him with his true challenges.

The challenges that are present when the child is Free to be Who He Is and follow the callings of his own unique and valid heart are clear and definable and therefore resolvable. With unschooling, you have a direct view to understanding his world, his mind, and his heart.

Highly sensitive/Out of Sync children do not choose to be different or difficult on purpose. They don’t seek out ways to be annoying or exhausting. In fact, they have a stronger desire to be accepted and approved of than typical children.

But their own inner wiring is such that they physically and mentally and emotionally can NOT do certain things, and they HAVE to have things certain ways. For their own protection and survival, they are people who carry the heavy burden of analyzing everything, thinking a lot more than “typical” people think, and being critical of everything and everyone, including themselves.

Our children are not broken. They don’t need to be fixed. They don’t over-react and they’re not overly sensitive. They are the way they are for a reason.

An enlightened reason.

Their intuition gives them a direct connection to the Truth—even when other people are denying it. They are the ones who seem to know the importance of pursuing their passions. They are the ones who can teach us to live from our hearts and not care about society’s rules and expectations, therefore living mindfully and fully in each moment. They are the ones who are so in tune with the world and its goodness and its weaknesses.

Children are born with so many varying traits, but our society only encourages certain ones. Usually, the ones that make children compliant and obedient and good school students.

The traits of our highly sensitive/out of sync children need to be celebrated. The gifts they possess can only be utilized and sent into the world when they feel confident about themselves, when they feel that they have gifts to share.

Understanding this about our children will allow their spirits to be free in order that they may Shine and bless the world with their gifts.

Honoring their voice and their passions allows them to know, without a doubt, that their sensitive and unique contribution to the universe is valid and crucial.

With unschooling, you’re freeing their creative, intuitive spirits and allowing them to Shine.

Allow your child to Shine.

Avec le UNSCHOOLING, permettez à votre enfant hypersensible de BRILLER

MON PARCOURS:

Je m’appelle Anne, je suis une personne hypersensible et mal synchronisée*

J’aimerais tout d’abord parler de ces descriptions que j’utilise – hypersensible et mal synchronisée*(hs/ms). Nous n’utilisons pas ces étiquettes chez nous au quotidien…nous nous acceptons tels que nous sommes. Mais j’ai personnellement trouvé beaucoup d’acceptation et de validation de la personne que je suis derrière les descriptions sous ces mots. Cela m’a également beaucoup apporté en termes d’acceptation et de validation de savoir qu’il y avait d’autres personnes comme moi.

La première fois que j’ai éprouvé le besoin de comprendre plus en profondeur mon fils et moi-même, j’ai trouvé un écho dans le livre "The out of Sync Child" de Carol Stock Kranowitz. C’est en effet le premier bouquin qui m’est tombé sous la main, offrant au public une meilleure compréhension des personnes au système sensoriel très défensif ou présentant ce qui est communément appelé une dysfonction du système d’intégration sensoriel. C’est, disais-je, le premier livre dans lequel cette particularité est évoquée sans mettre l’accent sur « comment changer l’enfant ». De plus j’y ai puisé quelques conseils pratiques par endroits.

Tout récemment, un autre livre est arrivé dans ma vie: "The Highly Sensitive Child" de Elaine Aron**, et ce livre m’a transportée !Alors que "The Out of Sync Child" mettait l’accent sur le dysfonctionnement du système d’intégration sensoriel, "The Highly Sensitive Child" insiste lourdement sur le fait que ce n’est aucunement une tare d’avoir cette singularité, et qu’en fait, environ 20% de la population présente ce genre de traits. Etre hypersensible n’est donc ni un dysfonctionnement ni une anomalie. Certaines personnes sont juste comme cela, et ce, pour de bonnes raisons .

En fait, j’ai trouvé très utiles les deux ouvrages précités mais je recommande vivement "The Highly Sensitive Child" parce que, tout comme moi, Elaine Aron** est partisane d’une meilleure compréhension des personnes présentant ces traits mais surtout son approche les honore et les célèbre. C’est le premier livre que j’ai trouvé qui décrit littéralement tout ce que j’ai fait et dit ces dernières années…

Toutefois, il y a des paragraphes qui parlent de comment faire pour que votre enfant réussisse à l’école, vous pouvez simplement les ignorer ou faire comme moi, écrire "BEURK" en lettres grasses en travers la page !

De toutes les façons, je ferai régulièrement référence à la terminologie descriptive tirée de ces deux ouvrages et comme je le disais précédemment je les recommande tous les deux.
Alors, de quoi est-ce que je parle lorsque je dis "mal synchronisé"* ou "hypersensible" ? Voici quelques traits communs :

• Sensible à plusieurs choses, si ce n’est à pratiquement tout : vêtements qui grattent ou piquent, certaines textures, certains bruits, certaines lumières, les changements dans les routines du quotidien…
• Très susceptible, extrêmement sensible à la critique
• Facilement submergé et confus.
• Intuitif
• Niveau d’activité physique exceptionnellement élevé ou bas
• Difficulté au niveau de la coordination motrice
• Ressent les choses avec beaucoup d’intensité
• Peut-être croyez-vous qu’ils dramatisent tout, que leurs réactions sont disproportionnées, qu’ils exagèrent
• En général, on dit d’eux que ce sont des enfants difficiles.

Comme je vous l’ai dit en préambule, je suis une personne mal synchronisée* et hypersensible. Je ne veux pas vous dérouler ici tout le récit de ma propre enfance, triste et interminable mais je tiens à ce que vous sachiez d’où je viens. Vous me comprendrez peut-être lorsque j’affirme que j’ai découvert ma propre vérité au travers de mon enfant. Je vais tenter de vous offrir un récit condensé de ce cheminement.

Pour faire bref, j’ai passé mon enfance entière dans un état avancé de confusion tant je me sentais profondément incomprise à la maison comme à l’école.

L’école était un vrai cauchemar – pas seulement pour les raisons évidentes – mais je ne savais pas pourquoi comme je le sais à présent. Toutes les difficultés du système sensori-moteur qui sont liées à l’école deviennent carrément débilitantes pour les enfants hypersensibles ou mal synchronisés. Les lumières, les sons, le toucher, la structure qui étouffe l’âme, les combinaisons de gym en polyester, sans parler de cette extrême sensibilité que j’ai moi-même à l’énergie de toutes les personnes qui m’approchent – les tristes, les joyeux, les doux, les peureux ! Les personnes hypersensibles/mal synchronisées, non seulement captent les vibrations ambiantes et les ressentent profondément, mais surtout ont tendance à ABSORBER les énergies et vibrations des autres personnes. Avec tout ce flot d’énergie, nous nous retrouvons souvent pétrifiés.

En fait, je recevais constamment le message selon lequel il y avait quelque chose qui clochait avec moi. On me disait que la façon dont je ressentais les choses était fausse et que je devais changer pour m’adapter à la société, à la vie avec les autres.
Finalement, les efforts conjugués de tant de personnes à faire de moi une autre personne que celle que j’étais ont porté leurs fruits. J’ai eu mon bac en 1980 en n’ayant pas la moindre d’idée de qui j’étais. Cela m’a pris beaucoup de temps et de thérapies douloureuses pour retrouver mon vrai moi.

C'est donc mon projet de vie, ma quête, de sauver tous les enfants hs/ms du monde de cette vie d’incompréhension et de confusion.

Je ne dirai jamais assez haut et fort à quel point comprendre votre enfant tel qu’il est peut lui sauver la vie. Offrir à votre enfant compréhension, sensibilité et par-dessus tout un accompagnement parental répondant à ses besoins lui sauvera la vie.

MON PARCOURS AVEC MON PROPRE ENFANT :

Lorsque je suis devenue mère, je n’avais pas encore résolu l’énigme de ma propre vie faite de confusion et d’incompréhension jusque là.

Mais je savais déjà que je ferai les choses différemment pour mon enfant. Je savais que je lui donnerai l’enfance que je n’avais pas eue. Je savais que j’honorerai sa voix et que je le rassurerai quant au fait qu’il était juste parfait et entier tel qu’il est.

C’est pourtant un euphémisme de dire que je n’avais pas idée à quel point cette tâche serait ardue, bien au-delà tout ce que j’avais imaginé.

Lorsque mon fils est né, il pleurait beaucoup, il tétait beaucoup, dormait très peu et ne nous laissait tout simplement pas le poser.

Mais, dès le début, nous avons vu au-delà des difficultés.

Dès les premiers jours de vie de notre enfant, nous pouvions affirmer qu’il avait quelque chose que nous n’avions jamais vu chez un autre bébé. Il semblait qu’il avait une perception du monde, une acuité fine largement plus importante que la nôtre. Avec ce « savoir » il y avait aussi l’anxiété qui va avec, le prix à payer pour cette conscience aiguë du monde.
Nous avons toujours dit qu’il était né avec le poids du monde sur ses épaules. Nous reconnaissions cela et avons fait tout ce qu’il était possible de faire pour satisfaire les besoins de notre bébé et l’apaiser.

Au fur et à mesure de sa croissance, nous avons continué à constater qu’il était différent de tous les enfants que nous connaissions.

• Il avait une très faible tolérance à la douleur ou à l’inconfort physique.
• Il éprouvait une énorme frustration à ne pas pouvoir faire les choses à la perfection la première fois.
• Il n’appréciait pas du tout les activités réputées agréables pour les enfants telles que les fêtes d’anniveraires ou les aires de jeux bruyantes pleines d’enfants très actifs.
• Il se tenait en retrait et observait les enfants plutôt que de jouer avec eux.
• Il parlait très bien et détestait faire l’objet de plaisanteries.
• Il était incroyablement direct et authentique, autant avec les personnes familières qu’avec les inconnus.
• Il disait des phrases parfaites à deux ans et avait un vocabulaire impressionnant.
• Il était d’une incroyable générosité. Lorsque nous recevions des enfants chez nous, il leur offrait ses jouets préférés.
• Il avait une mémoire phénoménale. Il pouvait se souvenir d’événements ou de lieux où il avait été nourrisson.
• Il avait une empathie très forte envers les personnes opprimées dans la vie et celles qui ne pouvaient s’exprimer seules, les animaux, les insectes et toutes les autres créatures vivantes. Il pouvait avoir mal à la tête simplement quand nous coupions une branche parce qu’il ressentait cela comme une souffrance pour l'arbre et très souvent il s’appropriait la souffrance des autres.
• A un moment donné, je crois vers ses six ou sept ans, il pouvait passer sa journée à pleurer pour les sans-abri et toutes les personnes nécessiteuses. Et, non seulement il leur reversait tout son argent de poche mais toute notre famille a commencé à porter des repas aux personnes âgées immobilisées à domicile. Tout cela, nous le faisions grâce au grand cœur de notre enfant.
• Il avait une insatiable quête de vérité et de justice. Tout devait être juste/équitable selon ses règles intérieures. Il s’était érigé en agent de la justice et de l’équité de chaque autre être humain sur la planète.
• Il était tellement intense et émotif. Tout était tellement extrême et, pour une chose aussi simple qu’une pointe de moutarde sur la main, il aurait réagi comme si un crime venait d’être commis.
Oui, accompagner cet enfant était par moment difficile, éreintant et frustrant.

Mais les bénéfices était énormes. La lumière qui irradiait de cet enfant parce qu’il était libre de s’exprimer était si vive qu’il n’était tout simplement pas possible d’échapper à son éclat. Les dons qu’il offrait au monde à un si jeune âge étaient incommensurables.

Le plus grand cadeau (et de très loin) qu’il nous (sa famille et ceux qui le connaissaient bien) a offert était son acuité fine et ses observations éclairées du monde et de ses habitants.
C’était un tel bonheur d’apprendre à voir le monde au travers ses yeux parce qu’il avait une perspective que mon mari et moi n’avions jamais vue jusqu’alors et elle était splendide ! Jour après jour, nous vivions dans une telle excitation, avec une curiosité croissante comme jamais auparavant parce que nous apprenions de notre fils ce qu’était la vraie vie.

Alors, nous le suivions car nous apprenions tellement plus avec lui. Nous le suivions aussi parce que nous n’étions guère focalisés sur les difficultés, pour nous ce n’était qu’une partie de nos responsabilités parentales. C’étaient cette confiance dans notre enfant, ce sentier exaltant vers lequel il nous guidait qui ont permis à cet enfant de Briller.
Et il Brille vraiment…

Plus nous le suivions dans sa trajectoire de vie, le plus nous étions TOUS paisibles dans nos vies individuelles.

Et c’est à partir de ce point de repère qu’il est devenu notre plus grand maître dans la vie.
Il nous a appris à remettre en question et réexaminer tout ce que étions « supposés » faire, penser, ressentir ou dire. Son refus catégorique de changer l’essence de ce QU IL ETAIT pour s’adapter au reste de la société nous a donné le courage de l’imiter. C’est en l’observant vivre selon son cœur et en honorant cette qualité que nous avons appris à vivre selon nos cœurs, nous aussi.

Il y a eu tant de standards sociaux que nous avons été contraints de remettre en question à cause de ses besoins et des ses désirs, mais le plus important d’entre eux fut l’école.

L’école n’intéressait tout simplement pas mon enfant. Je n’allais pas mentir à cet enfant qui exigeait la vérité en lui disant que c’était chouette d’aller à l’école, que ce serait drôle de prendre le bus et d’y apprendre des tas de trucs. Je voyais déjà à quel point il apprenait tous les jours bien plus que quiconque ne pourrait jamais lui inculquer. Il trouvait déjà tout ce dont il avait besoin dans notre quotidien en famille.
Donc nous avions su très tôt que nous ferions l’école à la maison. Mais cela AUSSI nous avons dû le remettre en question car notre enfant ne voulait pas qu'on « lui enseigne » quoi que ce soit. Il voulait des réponses à ses questions, et il en avait des questions ! Je n’ai plus essayé de lui apprendre quoi que ce soit au delà de la dernière question posée.

Nous avons donc répondu à ses questions sans essayer d’en faire davantage. Nous avons continué à lui offrir ce qu’il nous demandait et il a continué à grandir et à apprendre tous les jours. Nous avons continué à lui offrir autant que nous pouvions lui offrir du monde et nous l’avons laissé prendre ce qui l’intéressait, ce qu’il aimait et qu’il avait envie d’explorer davantage.

A ce stade nous ne réalisions pas qu’il nous emmenait vers l’univers formidable du
unschooling, il nous y emmenait en nous disant ce dont il avait exactement besoin pour Briller. Nous ne le réalisions pas mais c’était exactement ce qui se produisait.
C’est ainsi que nous sommes tous entrés dans le
unschooling, parce que toute notre famille apprenait et explorait le monde, nous nous découvrions les uns les autres et nous nous découvrions nous-mêmes en même temps.

LES DEFIS:

Vers les 7/8 ans de mon fils, il y avait quelques difficultés restées en surface que nous ne pouvions guère ignorer. Nous avons réalisé qu’elles étaient centrales parce qu’elles absorbaient toute notre attention. L’anxiété qui était le pendant naturel de la fine perception du monde qu’avait notre fils s’intensifiait. La plupart du temps, la joie et la paix intérieure lui étaient difficilement accessibles. Il était en souffrance et de mon côté, je savais que j’avais besoin de plus d’outils pour aider mon fils.

Je me revois à cette époque, au cours d’un footing matinal méditatif, je me revois concentrer mes pensées et mon énergie sur l’Univers tout entier afin d’y trouver quelques réponses pour mon enfant. Cet après-midi là, une réponse m’apparut sous la forme d’un article de Jeff Kelety dans le Home Education Magazine. Jeff avait écrit au sujet des défis que lui apportait son fils et là soudain un mot a attiré toute mon attention : “Bizarreries”. Un mot qui décrivait l’un des traits de mon fils qu’à vrai dire nous trouvions attachant mais qui s’intensifiait avec les années plutôt que de s’estomper comme nous le pensions au début.

J’ai dévoré l’article et commencé à fouiller sur le net pour plus d’informations. J’ai fait des recherches sur toutes les étiquettes que je trouvais : Asperger, dysfonctionnement du système d’intégration sensoriel, trouble de l’apprentissage non verbal, dyslexie, surdouance…et je retrouvais bien sûr un peu de mon enfant sous chacun de ces mots mais sous aucun d’eux en totalité. Au premier abord ce fut un choc, ensuite un soulagement et très rapidement une vraie confusion et beaucoup de tristesse qui m’envahirent… Tout ce que je considérais jusqu’à présent comme un trait de caractère de mon petit, comme une partie de ce qu’il EST devenait une étiquette et était associé à un trouble.

Mais mon enfant n’était pas détraqué. Il n’y avait nul besoin de le changer ou de le cadrer. Pourtant je ne pouvais nier que j’avais besoin d’aide. Alors je me suis tournée vers les ouvrages spécialisés parce que j’avais l’impression que les spécialistes en sauraient davantage que moi.
C’est vrai qu’ils en savent davantage. Ils en savent davantage sur les aspects médicaux de ces troubles.

Mais ils ignoraient tout de mon fils. Ils ne savaient rien de sa vie libre et sans école. Ils ne savaient pas à quel point cet enfant Brillait parce que nous ne l’avions jamais considéré comme un malade mental à cadrer et parce que jamais nous ne l’avons forcé à changer pour ressembler aux autres. Nous avons célébré le caractère unique de notre enfant et nous l’avons honoré de ne PAS être « normal ».

Tout cela, les spécialistes ne le savaient pas. Ce que j’ai trouvé dans ces livres, c’était que les spécialistes croyaient savoir comment s’y prendre avec ces enfants singuliers, ces êtres qui ont tant à offrir au monde lorsqu’ils sont libres de trouver leur vrai Moi et leurs dons innés. Ils croyaient savoir comment s’y prendre en prétendant que la flamme de ces enfants devait être « réglée » parce qu’elle danse différemment de celle des enfants « normaux ». Tous ces livres parlaient d’une seule et même chose : comment modeler, formater, conditionner et faire tout ce qu’il est possible de faire afin d’adapter la lumière particulière de ces enfants au reste du monde, à ce que la société attend d’eux.

Et ce que j’ai appris de ma propre expérience c’est que vous ne pouvez pas faire tout cela sans préalablement éteindre complètement ces enfants-là.

J’avais en quelque sorte trouvé les réponses que je cherchais. Elles ne figuraient pas dans la littérature spécialisée. Certaines réponses sont effectivement venues de la lecture de "The Out of Sync Child" (et j’ai été choquée par les parties où l’auteure parle de techniques pour amener l’enfant à réussir à l’école, alors même qu’elle intitule un chapitre entier de son livre « Si les écoles ressemblaient aux familles »). Certaines autres réponses sont venues des discussions avec d’autres parents
unschoolers, le plus souvent sur unschooling.com

Mais en grande partie, les réponses se trouvaient exactement où elles étaient toutes ces années- dans mon coeur et celui de mon enfant.

Riche de cette nouvelle compréhension des raisons pour lesquelles nous rencontrions des difficultés, j’ai entrepris d’aider mon fils à trouver la paix- parce que c’est uniquement depuis ce lieu sûr et paisible que la flamme de cet enfant brille de tous ses feux.

Il aura 16 ans en Septembre. Jamais scolarisé- excepté un bref moment dans l’esprit trop scolaire de sa maman, et il m’en excuse.

Il ne rêve que de paix, comme nous tous. Parfois c’est difficile d’y accéder avec lui, lorsque la violence, les injustices et les maladies d’un monde extérieur s’immiscent dans son cœur si sensible. Mais, parce que notre vie est libre, dépouillée, sans école, nous sommes tous capables de nous focaliser sur ses dons et sa capacité à Briller au lieu de nous concentrer sur les difficultés.

Je souhaite à présent aborder certains points importants que j’ai vraiment besoin de garder à l’esprit au quotidien avec mon enfant car je veux que notre vie ensemble soit gaie. Si cela s’apparente à quelque chose de familier chez vous, avec vos enfants, nous pouvons en discuter plus tard.

# 1:
Le premier point dont je dois toujours me souvenir est le fait que mon enfant a une immense sensibilité à moi, la personne en qui il fait le plus confiance au monde. Je dois garder à l’esprit que ça marche aussi dans les deux sens. Si je le critique, il va porter ce fardeau monumental pendant un long moment. Ça c’est un véritable défi pour moi car même si je ne suis pas une mère qui fait la morale, qui punit ou qui retire l’amour à tout de bout de champ, je dois être consciente du fait que la moindre inflexion de voix, le moindre regard est extrêmement stressant pour mon enfant. Il se blâme bien assez tout seul.

L’envers de cette extrême sensibilité à moi c’est aussi le fait que lorsque je suis présente, répondante, attentionnée, validante et compréhensive, cela va droit au coeur de mon enfant de la façon la plus positive qui soit. Cela lui donne un véritable sentiment de puissance et de justesse dans sa vie, cela l’aide à se sentir en sécurité avec LUI-MÊME.

C’est cette extrême sensibilité à moi qui nous a amené au
unschooling. L’unique fois où j’ai tenté de lui "enseigner" quelque chose, j’ai provoqué une véritable paralysie dans son cerveau et dans son esprit.Il ne pouvait simplement pas supporter l’énergie que je lui apportais, les attentes que j’avais sur lui et les jugements qui vont avec. Le unschooling me permet d’investir mon énergie dans un accompagnement plus attentif, répondant, attentionné, acceptant et soutenant la totalité de l’être de mon enfant.


# 2:
Je dois rester attentive en veillant à ce que la lumière de mon enfant brille toujours. Aime-t-il faire quelque chose ? Il le fait. Je découvre ce qu’il aime. J’entre dans son univers, je pose des questions et j’apprends de lui de façon à ce que sa lumière se réflète dans mes yeux- Un reflet particulièrement important à cause de cette extrême sensibilité qu’il a à moi.

J’honore et je célèbre toutes ces choses qui lui sont propres, toutes ces choses qui font de lui un être unique. Je soutiens et je nourris ses passions. Je parle de ces traits qui le rendent si singulier de façon positive. Je parle du fait que le monde a besoin de personnes comme lui, et je lui fais savoir toutes les bénédictions qu’il apporte au monde de par sa présence.

Lorsqu’il brille dans mes yeux, alors il développe la force et le courage de porter ses dons au reste du monde.

Laissez Briller votre enfant.

# 3:
Je me dois de respecter et d’honorer le besoin de mon enfant d’un sanctuaire, d’un lieu sûr. Il a besoin d’un havre où ses petites affaires sont en sécurité, où son petit monde est prévisible. Un lieu où il peut facilement et sans effort accéder à la paix lorsquil se sent submergé par le reste du monde. Un refuge.

Cela peut vouloir dire plusieurs choses selon le lieu où nous nous trouvons et les choses auxquelles nous avons accès.

Le refuge le plus facile d’accès pour lui, mais néanmoins essentiel, est le simple fait de se connecter émotionnellement à moi. Ainsi son sanctuaire peut se trouver là, au creux des mes bras aimants- un câlin, une caresse sur le dos, une poignée de main, un regard plein d’amour, un grand sourire complice. Cette connexion rebranche nos cœurs et c’est là que mon fils se sent en sécurité et « à la maison ».

Un autre lieu sûr peut être son esprit lorsque je le recentre en portant l’attention sur tout ce qu’il aime. Son esprit quitte peu à peu une zone d’anxiété et de stress et se redirige vers un lieu plus gai, et cela l’apaise.

Je fais tout ce que je peux pour le ramener dans des eaux paisibles.

Un lieu sûr, c’est aussi un lieu physique c'est à dire concrètement, un sanctuaire physique. Jake a fait sien un coin de notre maison. Il s’y entoure d’objets qu’il affectionne particulièrement et qu’il utilise beaucoup tels que ses livres, ses recherches sur les oiseaux ou les animaux, ses ouvrages de mythologie, ses Calvin&Hobbes, son bloc-note et ses crayons de couleur, sa gameboy et ses autres jeux favoris, son nounours favori, sa pierre calmante avec laquelle il se frotte le corps et ses magazines. C’est vraiment là son refuge, son lieu sacré où il peut se retirer et s’entourer d’objets avec lesquels il est profondément connecté, des objets qui font partie de lui et qui sont la preuve de sa pleine existence parmi nous.

Mon fils n’oublie jamais de prendre un bout de son sanctuaire avec lui lorsque nous nous déplaçons. Il sait que cela l’aide à se recentrer sur ce qu’il aime. Sa gameboy, ses livres, ses magazines sont autant de lieux sûrs lors d’événements imprévisibles et déstabilisants.
Les objets sont portables et apportent de la Paix en abondance lorsque des pertubations se produisent, ou plus important encore, ils sont extrêmement utiles AVANT que l’anxiété ne gagne mon enfant.

# 4:
Je dois parfois aider mon fils à nourrir son esprit. En tant qu’
unschooler de longue date, Jake est vraiment très doué pour ça. Il a toujours des projets en cours…au moins deux livres en cours de lecture en même temps, des jeux, de la recherche, l’organisation d’un projet.. mais parfois il se laisse submerger par une petite chose. Alors c’est comme s’il était coincé et à ce moment là, il a besoin d’un coup de main parce que parfois son cerveau devient son pire ennemi. Il peut rejouer en boucle les erreurs qu’il a faites, ou des moments dont il n’est pas très fier….et la situation se dégrade au fur et à mesure que le film dans sa tête rejoue ses erreurs. Il peut ainsi attraper un mot que quelqu’un lui a dit il y a quatre jours et décréter que c’est une offense majeure à sa personne. Il peut se sentir coupable et malheureux pendant longtemps pour une mauvaise décision prise il y a un an et demi. Ou il peut se sentir paralysé de terreur en pensant à l’avenir et à ma mort.

Dans ces moments-là, je l’aide à nourrir son âme. Cela ne veut pas dire que je lui fait faire certaines choses. Cela veut dire que je consacre mon énergie à apporter dans sa vie des activités ou des choses qu’il aime ou que je pense qu’il pourrait apprécier.
J’élargis son univers. Je ravive la flamme de ses passions. Je ne laisse pas son esprit errer dans les méandres qui peuvent l’aspirer. Je le ramène en un lieu où il peut de nouveau Briller.

# 5:
Je veux juste dire un mot sur les transitions car je sais que plusieurs personnes s’y reconnaitront, et si nous ne les comprenons pas, les transitions peuvent blesser nos enfants.

J’ai compris que mon enfant avait beaucoup de peine avec les transitions. Cette difficulté est la raison pour laquelle il est parfois fixé sur une seule activité. La raison pour laquelle méconnaître cette difficulté est dangeureux est que souvent, les spécialistes prétendent que nos enfants ne passeront jamais à autre chose si nous ne leur disons pas en permanence ce qu’ils doivent faire. Ils disent que nos enfants ont besoin d’horaires fixes et de routines. J’ai un adolescent de plus de quinze ans qui prouve le contraire.

Ce que mon enfant fait à cet instant précis est sans danger pour lui et prévisible. Dans son esprit cela demande beaucoup de réflexion et d’analyse pour passer d’une activité à l’autre, d’une étape de la vie à l’autre. Et la peur de l’inconnu et de ce qui POURRAIT arriver le paralyse parfois.

Je fais donc tout ce que je peux pour lui faciliter les transitions. J’essaie de ne jamais donner d’ordres impromptus pour ne pas me confondre en excuses et autres explications. Je garde à l’esprit que je suis son lieu sûr, alors je peux pénétrer dans son lieu sûr du moment, par exemple le livre qu’il est en train de lire, la télé qu’il regarde, le jeu auquel il est en train de jouer et nous pouvons parler de ce qu’il est en train de faire. Je peux me connecter physiquement avec lui, émotionnellement et mentalement et maintenir le fil qui nous lie pendant que nous passons à autre chose. Je tiens ces fils branchés pendant que nous passons d’un lieu à un autre. Cela lui ôte la responsabilité de ces transitions si pénibles et le reporte sur moi. C’est un énorme fardeau dont il se trouve déchargé.


# 6:
Il y a des moments où la situation est juste trop accablante pour mon petit, et cela malgré tous les efforts que je déploie à l’accompagner de façon sensible et répondante. Dans ces moments-là, je le serre dans mes bras et je dis "Je sais…c’est difficile d’être Jacob hein?" Et il se love dans mes bras et pleure. Et souvent j’ajoute "tu le fais super bien, super bien même si c’est dur Jake. Tu fais du très bon boulot…" Je reconnais sa souffrance, je l’aide à s’en décharger et alors il peut aller de l’avant.


CONCLUSION:

Regardez tout ce dont je peux débarrasser mon enfant grâce au
unschooling. Toutes ces souffrances et ces difficultés liées à l’intégration sensorielle qui font partie intégrante de la vie d’un enfant scolarisé. L’immobilisation forcée, l’aggravation de la souffrance émotionnelle voire la perturbation qui peut aussi résulter de l’enseignement à domicile.

Mon fils peut devenir anxieux pour les raisons les plus graves comme lorsqu’il pense à la guerre ou la faim ou la violence dans le monde, ou pour les raisons les plus simples comme le site de Neopets qui devient inaccessible alors qu’il en a besoin ou le voisin au théâtre qui donne des coups de pieds dans son siège.

Pourquoi devrais-je rajouter plus de souffrances à celles qu’il porte déjà?

Même lorsque vous éliminez les innombrables difficultés qui génèrent de l’anxiété et de la confusion dans la vie de ces enfants… même lorsque vous leur permettez d’être libres et de se concentrer uniquement sur ce qui leur plaît…vous allez ENCORE rencontrer de nombreux défis.

Mais, avec le
unschooling, les difficultés auxquelles vous faites face sont les difficultés réélles de l’enfant. Ce sont des anxiétés réelles qui existent dans leurs coeurs pour de vraies bonnes raisons. Ce ne sont pas des anxiétés générées par des tierces personnes qui imposent des limites absurdes à leurs vies.

Avec le
unschooling, vous ne passez pas votre temps à nettoyer le stress ou l’anxiété qui dérivent de ces fausses limites. Vous n’avez pas à gratter pour ôter les dommages subis par le Vrai Moi… alors vous pouvez simplement vous consacrer à comprendre votre enfant et à l’aider à faire face à ses propres difficultés.

Ces difficultés qui sont dans la vie d’un enfant Libre d’être QUI IL EST et de suivre les aspirations uniques de son coeur sont claires et on peut leur trouver une solution. Avec le
unschooling , vous avez une vue directe sur l’univers de votre enfant, son esprit et son cœur, une vue sans écran.

Les enfants hypersensibles ou mal synchronisés n’ont pas fait exprès ou choisis d’être différents. Ils ne cherchent pas des moyens d’être énervants ou épuisants. En fait ils ont un désir encore plus fort que les enfants typiques d’être acceptés et compris.

Mais leur système interne est tel qu’ils ne sont simplement pas physiquement, mentalement et émotionnellement équipés pour faire certaines choses, et qu’ils ne peuvent faire certaines autres que d’une façon très précise. Pour leur propre protection et leur survie, ils portent un énorme fardeau, celui d’analyser et de réfléchir bien plus que des personnes « standard » et d’être très critiques face à tout et presque tout le monde, eux y compris.

Nos enfants ne sont pas détraqués. Ils n’ont pas besoin d’être cadrés. Ils ne sur-réagissent pas et ne sont pas hypersensibles. Ils sont tels qu’ils sont pour une vraie bonne raison.

Une raison enchanteresse.

Leur intuition leur offre une connexion directe à la vérité- même lorsque la terre entière est plongée dans le déni. Ce sont ceux qui semblent connaître l’importance capitale qu'il y a à poursuivre ses passions.Ils nous apprennent à vivre selon nos coeurs et ne pas faire cas des règles de la société et de ses attentes. Ils nous apprennent à vivre pleinement conscients de l’instant présent. Ils sont ceux qui sont si finement accordés à l’univers, à ses forces et à ses faiblesses.
Les enfants naissent avec des traits si différents, mais la société n’en encourage que quelques-uns. Habituellement ceux qui sont obéissants et bons élèves.
Les traits de nos enfants hypersensibles ou mal synchronisés ont besoin d’être célébrés haut et fort. Les dons qu’ils possèdent ne peuvent se déployer et être utiles au monde que si nos enfants ont confiance en eux-mêmes, que s’ils prennent la pleine mesure des dons qu’ils portent en eux et qu'ils ont à partager.
Faire honneur à leux voix et leurs passions leur permet de savoir sans l’ombre d’un doute que leur si sensible et unique contribution au monde est valable et d’une importance capitale.

Avec le
unschooling vous libérez leurs esprits créatifs, intuitifs et vous leur permettez de Briller.

Permettez à votre enfant de Briller.


* trait repertorié sous le mot américain "out of sync"

** Elaine Aron est également l'auteure de "Ces gens qui ont peur d'avoir peur: mieux comprendre l'hypersensibilité" aux Ed.de l'homme, traduction française de "The Highly sensitive person".



Note sur l'auteure: Depuis la naissance de son premier enfant,
Anne Ohman est entrée dans le monde merveilleux du unschooling. Elle s’est attachée à comprendre comment elle pouvait apprendre des autres. Elle demande à être l’élève de ses enfant, afin de pouvoir les aider au mieux dans leurs besoins/désirs de vivre une vie riche et joyeuse… parce qu’elle apprend toujours sur la vie, le monde et sur elle-même grâce à eux. Anne vit et apprend avec son mari Dave et ses fils Jake (9/1990) et Sam (4/1994) au sommet d'une colline dans l’état de New-York. Sa liste de discussion: http://groups.yahoo.com/group/shinewithunschooling

 

 

 

 

de Anne Ohman - Traduit par Jeanine Barbé
Lien vers l'article original : http://www.livingjoyfully.ca/anneo/I_Am_What_I_Am.htm

 


Sa note est affichée sur mon miroir comme un rappel quotidien de son unique contribution à nos vies, notre univers. Dans une écriture et une orthographe qui froisseraient à coup sûr un enseignant, il est écrit «je suis ce que je suis ».Cinq* mots, cinq* brefs et simples mots. Mais quel message ! Un énorme, magnifique et puissant concept à la portée déjà d'un garçon de huit ans.

Jacob est ce garçon de huit ans, auteur de cette note. Jacob est mon enfant.Jacob est mon enfant aux besoins intenses, même si, durant ses huit ou neuf premières années de vie, nous avons vécu dans l'ignorance de ce fait. Et Jacob est l'enfant qui a amené notre famille à l'instruction en famille, et aux « cadeaux » du Dès l'instant de sa naissance, mon mari et moi avons reconnu que Jacob avait une exceptionnelle acuité de son univers. Ses yeux reflétaient un savoir qui allait bien au-delà de ce que chacun reçoit au fil des années vécues sur cette terre. Cet enfant est venu dans notre monde portant en lui des vérités que certaines personnes mettent une vie entière à découvrir.

Au fur à mesure de la croissance de Jacob, notre impression initiale n'a fait que se confirmer. Sa fine perception du monde rendait chaque détail nouveau à nos yeux, parce que nous l'observions à travers ses yeux, sa perspective unique. Les adultes classiques que nous rencontrions étaient embarrassés, car leur « approche standard de la communication avec les enfants » ne marchait pas avec Jacob. Jacob exigeait et défiait les adultes de le traiter comme un égal, rectifiant leur grammaire dès ses dix-huit mois ! Il énonçait des phrases parfaites dès cet âge, reprenant la grammaire des uns, nous questionnant dès la première douche du matin sur le détail de la propreté de nos mains. Avant ses deux ans, quand une connaissance insoupçonnable lui demanda s'il pouvait prononcer « Liverpool » (du nom de la ville où nous résidions à l'époque), Jacob répliqua ceci « Oui. Et peux-tu prononcer micropachysapholosaurus ? »

Je ne me souviens plus du moment précis où nous avons décidé que Jacob n'irait pas à l'école. Je me souviens parfaitement l'avoir vu observer intensément les enfants à l'aire de jeux de l'école, certains se bousculant, la plupart ne se sachant pas observés et ou ne prêtant aucune attention particulière à cet observateur particulier. Les visages de ces enfants et leurs comportements étaient clairement motivés par la survie, pas par l'amusement ou la joie. Je me souviens de Jacob observant le bus scolaire et me questionnant à ce sujet. Il posait des questions qui auraient pu paraître embarrassantes pour les autres parents, au sujet de leurs enfants qui quittent leurs mères et leurs foyers pour prendre ce bus en direction de l'école. Jacob ne visait rien de moins que l'absolue vérité. Ceux parmi nous qui le connaissait et l'aiment étaient complètement, unanimement d'accord sur le fait que cet enfant ne devrait jamais être confiné dans une pièce ou un bâtiment pour le plus clair de sa journée.

Aussi savions-nous, dès son plus jeune âge, que Jacob ferait l'école à la maison. Ou plutôt que Jacob continuerait à nous éduquer et nous éclairer. Il résistait. J'insistais. Il hurlait. J'hurlais. Il pleurait. Je pleurais. Et ce fut la fin. Notre tentative de scolarisation à domicile avait échoué.

Ainsi naquirent nos vies « déscolarisées », même si à ce moment là, nous ne savions même pas que le concept existait, tellement nous nous sentions seuls à le vivre.

Le
Unschooling la longue liste des cadeaux que Jacob, tranquillement mais fermement, nous imposa à recevoir (entre autres cadeaux il y eut l'allaitement à la demande, le sevrage naturel, le sommeil partagé, le don généreux aux moins chanceux de son insatiable curiosité) .Comme tous les autres cadeaux offerts à sa famille, le unschooling n'était pas uniquement destiné à Jacob. Ce fut un don à toute notre famille, et aujourd'hui c'est devenu un style de vie. C'est ce présent de
unschooling qui a sauvé l'esprit de notre enfant, sa conception de lui-même et toute notre santé mentale. Parce que nous n'avons jamais essayé d'adapter notre enfant particulier à la boîte de la société classique, nous étions inconscients du fait que la boîte de la société classique avait des « cases » pour lui. Des étiquettes telles que autisme, dyslexie, troubles de l'intégration sensorielle, asynchronie. Pour nous, Jacob notre enfant était célébré, aimé et honoré comme chaque enfant a le droit de l’être.

Lorsqu'il eut neuf ans, d'autres défis apparurent qui étaient auparavant ignorés du fait de notre vie sans école et notre intime conviction de le laisser vivre sa vie. Il a toujours été légèrement anxieux car sa fine acuité du monde ne lui apportait pas seulement de l'enchantement mais aussi quelques connaissances perturbantes que ces jeunes oreilles n'étaient pas préparées à recevoir. Lorsque cette anxiété s'accrût, ses fines et importantes habiletés motrices ne montraient pas de signe de développement à la même vitesse. Alors quand ses bizarrerries préférées devinrent plus intenses, nous sûmes, mon mari et moi qu’il était temps de trouver des réponses. Ce n'était pas notre projet de l'étiqueter. Nous n'avions pas l'intention de rechercher des défis pour l'améliorer, le changer, ou le figer. Nous avions le profond désir d'acquérir une meilleure compréhension de Jacob. Notre but était de trouver des réponses qui nous permettrait d'apporter plus de joie et moins de stress dans la vie déjà très libre de Jacob.

J’eus soudain un insatiable appétit d'information de la part de parents qui avaient les mêmes défis. Je lus plusieurs livres et m'inscrivis à plusieurs listes internet, devenant de plus en plus frustrée par les réponses que je recevais. On aurait dit que le but de toutes ces listes et ces livres était toujours le même : le conseil donné de façon récurrente de contraindre votre enfant spécial à s'adapter aux cases prévues par la société, en particulier la case école. Et même pour ceux qui faisaient l'école à la maison, cette case école était très présente. Ces enfants étaient contraints à s'adapter à ces cases, peu importe à quel point ce processus diminuait et écrasait leur joie et leur paix. Et il y avait bien sûr, les experts pour vous dire ce qu'il fallait faire. A les entendre, il n'y avait pas d'autre alternative.

En poursuivant mes recherches, j'eus l'opportunité de rencontrer personnellement d'autres parents, je participai à ma toute première réunion de groupe local avec des familles concernées par l'autisme. Au début de la rencontre, nous, membres du groupe, devions nous présenter au groupe et partager nos histoires. J'étais excitée, j'ai adoré partager ces récits au sujet de notre famille. Je n'en pouvais plus d'attendre mon tour en écoutant les autres. Mais au fur et à mesure que j'écoutais les autres, mon cœur se remplissait d'une énorme et profonde tristesse pour ces enfants dans les autres familles. Les récits des parents décrivaient les « troubles » de
leurs enfants, et leur lutte pour trouver le soutien scolaire approprié, et la compréhension des enseignants. Ces récits étaient pleins de colère et de souffrance, et une d'une folle détermination à combattre le système. Un seul point était clairement et incroyablement absent de ces histoires : les enfants eux-mêmes.

Lorsque ce fut à mon tour de prendre la parole, j'inspirai profondément et me rappelai à mon tendre Jacob, il était là dans ma tête, dans mon cœur. Et je pris la parole. Je parlai de mon enfant tellement spirituel, tellement unique et qui avait tellement honoré nos vies de sa présence. J'ai parlé de mon enfant qui parfois posait
des défis, mais qui était aussi capable de nous apprendre des choses sur nous-mêmes, au sujet de nos propres vies, de l'amour, que nous n'aurions jamais pu apprendre autrement. J'ai parlé de mon enfant qui n'a jamais été contraint à être ce quelqu'un d'autre qu'il n'est pas, de qui nous n'attendions pas de s'adapter à l'idée qu'une tierce personne se faisait de lui. Un enfant qui a toujours été
célébré pour ce qu'il était exactement. J'ai parlé de nos vies sans école. Et pendant que je parlais, ils étaient tous silencieux. Tous me regardaient, tous les yeux étaient braqués sur moi, certains pleins de larmes, et sur chaque visage un sourire. J'ai parlé exactement de la même façon que je vivais mon parentage, avec l'intérêt focalisé sur l'enfant et ses dons, et non pas seulement sur le défi de vivre avec.

Je ne suis plus jamais retournée à une nouvelle rencontre. J'ai appris tout ce que j'avais besoin de savoir cette nuit-là. J'ai appris que les réponses étaient là en nous et que nous vivions avec tous les jours. Mon insatiable appétit de connaissances sur les besoins spéciaux de Jacob a été remplacé par une conviction profonde que notre vie sans école était toujours et encore LA réponse. Il était grand temps de laisser tomber les recherches et continuer à vivre notre vie, il est vrai, avec une nouvelle compréhension, une compassion et une empathie pour ces dons qui faisaient de Jacob un être unique.

Les dons de la vie sans école, cette liberté, cette façon de vivre dirigée par nos propres passions et notre désir d'apprendre exactement ce que nous sommes capables d'appréhender et tout ce que nous trouvons stimulant sans aucun jugement ni récompense de personne…ces cadeaux-là, je crois que tous les enfants y ont droit. Je crois à la vie sans école pour tous les enfants. J'y crois particulièrement pour ces enfants aux besoins intenses, ces enfants qui voient le monde avec une vision si particulière. Lorsque nous leur permettrons de suivre leurs cœurs et leurs intelligences, cette perspective unique exaltera non seulement leurs propres vies, mais celles de toutes les personnes qui les entourent, et le monde entier par extension.

Jacob est mon enfant. Jacob est mon enfant aux besoins spéciaux. Son premier et primordial besoin spécial est la liberté d'être exactement qui il est. Je l’ai appris de lui. J'ai appris à recevoir cette leçon de ma vie quotidienne et je garantis cette liberté à toute personne que je rencontre. Et chaque petit matin, quand je lis la note de Jacob, je fais le vœu que chaque personne, partout, célèbre son unicité, sa particularité et sache ce que cet enfant savait à sa naissance : Je suis ce que JE SUIS.

Note de l'auteur, Juillet 2005 : les mots et le concept de « besoins intenses » n'ont plus fait partie de nos vies depuis 1998, quand j'écrivais cet article. Mon, toujours non scolarisé, ado de quartoze ans Jacob (ou Jake comme il préfère que ce soit dit) est toujours, glorieusement unique, et fort heureusement, toujours atypique. Sa

passion de la vie et des apprentissages a été soutenue par le unschooling qui lui a permis de célébrer la vie en étant exactement QUI IL EST.

* En anglais, "I am what I am" est une phrase de cinq mots

I Am What I Am


by Anne Ohman

 

His note is taped to my mirror as a daily reminder of his unique contribution to our lives, to our universe. In handwriting and spelling that a teacher would surely frown upon, it reads, “I AM WAHT I AM.”  Five words.  Five short, simple words.  But what a message. What a huge, wonderful, powerful concept for an eight-year-old boy to possess.

Jacob is the eight-year-old author of that note. Jacob is my child who is now 16 years old. Jacob is my gloriously unique child who most likely would have had a label or two attached to his spirit if he were in school.  But he’s not.  He’s unschooled.  And it is Jacob who introduced his family to the world of unschooling and to its incredible gifts.

Unschooling is trusting in a child’s innate desire to learn.  Just as children learn to walk and talk without being pushed or tested, children will continue to learn and to love to learn when they are trusted and when it has real meaning in his or her life. 

John Holt said it best, that unschooling is about faith:  "This faith is that by nature people are learning animals. Birds fly; fish swim; humans think and learn. Therefore, we do not need to motivate children into learning by wheedling, bribing, or bullying. We do not need to keep picking away at their minds to make sure they are learning. What we need to do - and all we need to do - is to give children as much help and guidance as they need and ask for, listen respectfully when they feel like talking, and then get out of the way. We can trust them to do the rest."

But before I get too far ahead and into unschooling, let me back up a little bit…

From the moment he was born, my husband and I recognized that Jacob had an exceptional awareness of his world.  His eyes seemed to know things.  This child came into our world seeming to know truths that some people take a lifetime to discover.

As he grew, our initial impression of our son was continually confirmed. His acute awareness of the world made everything seem new to us, also, as we were seeing it through his eyes, from his unique perspective. The typical adults we encountered were confused, as their “Standard Approach to Talking to Children” did not work with Jacob. He subtly demanded and challenged adults to treat him as an equal, even as young as 18 months old. He spoke in perfect sentences at that age, corrected other people’s grammar, and interrogated everyone as they emerged from the bathroom as to the cleanliness of their hands. Before he was two years old, when an unsuspecting family member asked if he could say, “Liverpool” (the city in which we resided at the time), Jacob responded with, “Yes. Can you say micropachysapholosaurus?”

Jacob’s world was so large, his mind always working.  This child showed us the meaning of real learning, for not only did he want to find answers to his questions, he wanted to ask his own questions, too.  And we loved that, followed that, nurtured that, encouraged that, and learned from that.

Children love to learn as long as that light is allowed to live.  We chose to not extinguish that light. 

I don’t remember the exact moment when we decided Jacob would not go to school. I do remember him intently observing children on the school playground, some pushing, some shoving, most not even aware or caring that there was anyone else around them. These children’s faces and behavior were clearly focused on survival, not fun or Joy.

I also remember Jacob watching the school bus and asking questions about it, questions that may have made other parents uncomfortable, about children leaving their mothers and their homes and traveling on that bus to the school. Jacob always settled for nothing less than the absolute truth and so I told him the truth.

And I do remember that it was Jacob who decided once and for all that school was not for him. Those of us that knew him and loved him well agreed wholeheartedly that this child should not be confined to a room in a building for most of his day.  His world was already so large, he was showing us that he was learning so much every day in the real world, we couldn’t imagine making his world smaller and taking away the best parts of his life.

Thus, from a very early age, we knew we would be homeschooling Jacob. Or rather, Jacob would continue to educate and enlighten us.

Our homeschooling method was painfully determined with my first attempt at teaching this child some “schoolwork.” He resisted. I insisted. He yelled.  I yelled. He cried. I cried. And it was over. Our attempt at schooling at home had failed.

As a result, our unschooling lives were born, even though at the time we did not know that the concept even existed, let alone was in practice.  But for us, it was just a natural extension of the life we were already living, the life that Jacob had shown us was best and most fulfilling for him, and it turned out to be the best and most fulfilling path for all of us. 

We continued to allow Jake to do the driving, while we experienced the journey from the passenger seat.  The view from that seat was amazing, as my husband and I learned how to really live and learn ourselves.

Unschooling has been a gift to our entire family, one that now defines our very way of life. And it has been this gift of unschooling that has saved my child’s spirit and his self-concept and all of our sanities.

Because we never attempted to fit our gloriously unique child (which in expert terms is referred to as a-typical) into the society-typical box, we were unaware of the fact that society’s box held labels for him. To us he was Jacob, our child, celebrated and loved and honored for being exactly Who He Is…just as every child has a right to be.

As Jacob reached age nine, challenges surfaced that previously had gone undetected because of our unschooling lifestyle, our focus in life on Joy, and our conviction to allow Jake to be completely himself. He had always held a small level of anxiety in his spirit, for his awareness of the world not only brought enlightenment, but also disturbing knowledge his young years were not prepared for. When his mild anxiety increased, his fine and large motor skills showed no signs of advancing as he got older, and his beloved quirks became more intense, my husband and I knew it was time to find some answers. It was not our plan to label him. It was not our intention to research his challenges in order to improve him, change him, or fix him.  He was perfect just the way was. It was merely our intent to own a better understanding of him. It was our goal to find answers that would enable us to bring more joy and less stress into Jacob’s already very free life.

So I started researching.  And I was shocked at my findings.  Label after label that my child fit into…a little bit here, a little bit there…labels ranging from Asperger’s to Gifted to Sensory Integration Dysfunction and everything else in between.  How could this be?  Sure, Jake was different from any child we had ever known…sure there were some challenges…but it never  ever occurred to me that the traits which were a part of Who He Was would be considered dysfunctions or special needs.

I developed an insatiable hunger for information about the labels.  I read all I could…I joined message boards, lists…I read many books.  And I only grew increasingly frustrated with the answers I was receiving.  It seemed the focus of the books and the lists was always the same: advice was given to assist you in forcing your “special needs” child into that society-typical box, mainly the school box.  Parents are given the message that their child needs to be fixed, that their child is the one that needs to change in order to fit into those boxes, no matter how demeaning and defeating it is to their happiness and their peace of mind, their peace of heart. And right here in black and white in the books were experts to give you advice on how to do it. According to them, there was no alternative.

To further my research, I attended a support group meeting for families with children in the autistic spectrum. As the meeting began, the attendees were to go around the room and share stories about our children. I felt so excited!  I love talking about my children. I couldn’t wait to hear other people’s stories.

But as I listened, my heart was filled with a heaviness and a deep sadness for the children. The parents’ stories were about their child’s “disabilities”, and their struggle to get appropriate services from the school and understanding from the teachers. Their stories were filled with pain and anger and a fierce determination to fight the system.

From my perspective, one thing was clearly and devastatingly missing from their stories: the children themselves.

When it was my turn to share, I took a deep breath and held my sweet Jacob in my mind, in my heart. And I spoke. I spoke of my child who has always been so spirited, so unique, and who has so blessed our lives. I spoke of my child who is at times challenging, but what child is not?  What human being is not?  From Jake’s challenges, we were able to learn things about ourselves and about the world and about our lives and about love that we could not have learned otherwise. I spoke of my child who has never been forced to be someone he was not, who never was and never will be expected to fit into someone else’s idea of who he should be.  I spoke of how my child has always been celebrated for being exactly who he is. I spoke about our unschooling lives ~the child-led learning and a life focused on Joy, stemming from Jake’s passions and interests.

And as I spoke, all was silenced. I paused, and I realized that I wasn’t looking at anyone, I was thinking so much about my boy.  And when I finally looked up, I saw every face turned toward me, every eye on me, some of them containing tears.  And on every lip was a gentle smile.

I had spoken that day with the same passion with which I parent….a passion for my child and a focus on how he Shines in the world.  That is the focus of our lives…not the challenges…but the Shine.  I believe that all children Shine when celebrated for being exactly who they are…and when I spoke that night of how Jacob shines, I believe it reminded other parents about how their child shines, too.

I never returned for a second meeting. I learned all I needed to know that night. I learned that the answers were already within us, and we were living them every day. My insatiable hunger for knowledge about Jacob’s challenges was replaced with the ultimate reinforcement that our present unschooling life was most definitely the right path for us.  It was time to put the research down and continue with life…with unschooling, as unschooling IS life.  And yet we now had a new understanding, compassion and empathy for those gifts that make Jacob so wonderfully unique.

Jacob is my child. Jacob is my gloriously unique child, the now 16 year old author of that note, I Am What I Am, a few short words that were written 8 years ago.  Special needs?  Sure ~ every human being has the special need to be exactly who they are and to be honored and celebrated for that.

I have learned this from my boy. I have learned to take that lesson into my daily life and grant that freedom to everyone I encounter. And every single day, as I read Jacob’s note, I pray that all people everywhere will celebrate themselves and know what this child was born knowing: I Am What I Am.

 



3 comentarios:

  1. Hola, Yvonne.

    Revisa el enlace. ;)

    Un beso

    Ana

    ResponderEliminar
  2. Gracias Yvonne pero no se ve el enlace y gracias por acercarme este foro.
    Besitos

    ResponderEliminar